• CENTRE DE COMMERCIALISATION EN IMMUNOTHÉRAPIE DU CANCER - C3I



CONSEIL D'ADMINISTRATION

Louis Lacasse, MBA (HEC),
Président, GeneChem Management Inc.,

Louis Lacasse, président du conseil d’administration du C3i, est aussi président de GeneChem Management inc. depuis 1997 et associé directeur d’AgeChem Financial inc. depuis 2006. GeneChem et AgeChem gèrent trois fonds de capital de risque en sciences de la vie ayant investi dans plus de quarante sociétés au Canada, aux États-Unis et en Europe. Avant son arrivée à GeneChem, M. Lacasse a occupé différentes fonctions à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CPDQ) entre 1987 et 1997, dont celle de vice-président de Sofinov, la filiale d’investissement privé de la CDPQ dans les biotechnologies, les technologies de l’information et les technologies industrielles. Auparavant, M. Lacasse fut analyste financier à la Banque Nationale du Canada, directeur de comptes à la Banque de Montréal et gestionnaire de projets au Centre de développement technologique. Il est aussi propriétaire d’une petite entreprise dans le secteur du détail.

Louis Lacasse a siégé à de nombreux conseils d’administration de sociétés privées et publiques dont BioChem Pharma inc., Axcan Pharma inc., Targeted Genetics inc., Methylgene inc. et Idun Pharmaceuticals inc. Il est actuellement membre du conseil d’administration de deux sociétés cotées en bourse, président de deux comités d’audit et président d’un comité sur la rémunération.

Lacasse est titulaire d’un baccalauréat en finance de l’École des hautes études commerciales(HEC Montréal) et d’un MBA de l’Université McGill. Il sera nommé président du conseil d’administration du C3i, un rôle où son leadership et son sens des affaires seront à l’avant-plan. Son expérience dans le capital de risque et le secteur financier fera de lui un solide pilier au sein du conseil d’administration..

Amal Khouri, MBA
Knight Therapeutics Inc.

Amal Khouri est vice-présidente du développement des affaires de Thérapeutique Knight inc. depuis 2014. Auparavant, Mme Khouri a travaillé pour Novartis Pharma, où elle aura occupé différentes fonctions pendant sept ans au sein des équipes de développement des affaires et d’homologation à Bâle, en Suisse. Avant son arrivée à Novartis, Mme Khouri a joué différents rôles aux attributions toujours plus grandes dans l’équipe de développement des affaires des Laboratoires Paladin.

Amal Khouri est titulaire d’un baccalauréat en biochimie de l’Université McGill et d’un MBA de l’Université d’Ottawa. Elle est membre de la Licensing Executive Society (LES) et de la l’Association canadienne pour les accords et licences en soins de santé (ACALSS), où elle fut aussi membre du conseil d’administration. L’expertise en développement des affaires et en investissement de capitaux que Mme Khouri a acquise dans l’arène canadienne et internationale profitera au conseil. Sa feuille de route dans le milieu pharmaceutique sera également un solide atout pour le financement des opérations du C3i.


Bernard Massie, Ph.D
Directeur général, Conseil national de recherches du Canada (CNRC)

C’est profondément inspiré par les pionniers de la biotechnologie, ceux-là mêmes qui en 1973 ont développé l’ADN recombinant puis l’ont appliqué en 1978 à la production de l’insuline humaine, que Bernard Massie s’est joint au CNRC en 1985, animé par la conviction que la biologie moléculaire est la clé pour percer les mystères de la santé humaine. Il s’est initialement concentré sur l’introduction d’ADN dans les cellules pour remplacer des gènes mutants défectueux par des gènes thérapeutiques, devenant ainsi l’un des premiers chercheurs au Canada à se lancer dans la thérapie génique. Entrevoyant l’énorme potentiel des agents biologiques pour traiter le cancer et des maladies chroniques, il a ensuite appliqué ses connaissances des vecteurs viraux à la production de produits biologiques.

Il a consacré 30 ans de sa carrière au développement des bioprocédés nécessaires à la production de ces médicaments ciblés et révolutionnaires, débutant en qualité d’associé de recherche, pour ensuite porter les chapeaux de chef d’équipe, de directeur en R et D, puis de chef du programme Produits biologiques et biofabrication. En décembre 2015, Bernard Massie a été nommé directeur général (par intérim) du secteur Thérapeutiques en santé humaine du CNRC. M. Massie est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en biologie de l’Université de Montréal, où il a également obtenu son doctorat en microbiologie. Il a publié plus de 138 articles évalués par des pairs et détient 12 brevets délivrés.

 

Denis-Claude Roy, MD, FRCPC,
Associé du Collège royal des médecins du Canada (FRCPC)
Directeur du Centre de recherche de l’HMR

Le Dr Roy est actuellement directeur du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) et directeur scientifique du Centre d’excellence en thérapie cellulaire (CETC) selon les BPF actuelles rattaché à celui-ci. Il est aussi hématologue à l’HMR. Professeur de médecine à l’Université de Montréal et clinicien-chercheur dans le cadre du programme d’hématologie et d’oncologie médicale, le Dr Roy est également directeur général du Réseau de médecine régénératrice et de thérapie cellulaire CellCAN (CellCAN) rattaché aux Réseaux de centres d’excellence. Il est directeur de la division des cliniques du Réseau des cellules souches du Canada, de même que codirecteur de ThéCell, le réseau de thérapie cellulaire et tissulaire du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). Il a été membre du conseil d’administration du Canadian Blood and Marrow Transplant Group (CBMTG) et membre du comité exécutif de l’Institut national du cancer du Canada – Groupe canadien des essais sur le cancer-Hématologie. Chercheur reconnu dans le domaine de la thérapie par les cellules souches hématopoïétiques, le Dr Roy a notamment publié dans Nature Medicine, Cell, Cancer Cell, NEJM et le Journal of Clinical Investigation et Blood. La recherche translationnelle est son principal axe d’étude, qui l’amène notamment à travailler sur la greffe de cellules souches et la manipulation de greffons. Il a développé une stratégie de photodéplétion consistant en l’élimination sélective des lymphocytes T alloréactifs des greffons de cellules afin de prévenir et de traiter la maladie du greffon contre l’hôte. Le Dr Roy a participé à toutes les étapes du développement de cette stratégie maintenant mise à l’essai dans le cadre d’études cliniques de phase II, pour deux applications différentes. Au fil de sa carrière, il a travaillé de près avec le milieu de la biotechnologie et de la pharmaceutique. Conjuguées, son expertise de laboratoire et son expérience clinique l’auront amené à concevoir et à présider plus d’une quinzaine d’études cliniques nationales et internationales de phase I-II sur la greffe de cellules souches. Il est actuellement codirecteur du projet Génome Québec-Génome Canada, qui cherche à éliminer les cellules leucémiques en dirigeant les lymphocytes T contre des antigènes mineurs d’histocompatibilité. Il a fait partie de nombreux comités d’examen scientifique, notamment celui du Fonds de la recherche en santé du Québec (président du comité cliniciens-chercheurs), de la Société de recherche sur le cancer et de la Société de leucémie et lymphome du Canada. Il siège actuellement au comité d’examen scientifique de la Banque de cellules leucémiques du Québec et des Instituts de recherche en santé du Canada.

De ses actuelles activités de recherche clinique, le Dr Roy retire un riche bagage en développement de réseaux et dans les processus d’homologation auprès de Santé Canada et d’autres organismes de réglementation. Diplômé en médecine de l’Université de Montréal, le Dr Denis-Claude Roy a fait sa résidence en médecine interne et en hématologie avant de réaliser ses recherches en immunologie tumorale comme boursier postdoctoral au Dana-Farber Cancer Institute de l’Université Harvard.

Comme scientifique en chef du C3i, c’est une solide expertise scientifique et une fine connaissance des processus d’homologation que Denis-Claude Roy apporte à l’organisation, une contribution inestimable pour la mise en place fructueuse d’études cliniques dans le cadre du programme du C3i.

Isabelle Rivière Ph.D. (Paris),
Isabelle Rivière est directrice de l’unité de thérapie cellulaire et d’ingénierie cellulaire du Memorial Sloan Kettering Cancer Center (MSKCC).

Mme Rivière a rejoint la faculté du MSKCC en 1999. En sa qualité de directrice de l’unité de thérapie cellulaire et d’ingénierie cellulaire, elle étudie des stratégies nouvelles de thérapie cellulaire et d’immunothérapie qui visent à augmenter ou à rediriger la réaction immunitaire contre les tumeurs, de même qu’à traiter les troubles hématologiques. Le laboratoire qu’elle dirige a mis au point plusieurs procédés de production de vecteurs gamma-rétroviraux et de vecteurs lentiviraux de grade clinique, de même que de fabrication de cellules hématopoïétiques et de lymphocytes T.

Isabelle Rivière siège au comité éditorial de la revue spécialisée Molecular Therapy – Methods and Clinical Development, de même qu’à différents comités de l’Association of Academic Biologics Manufacturers (AABM), de l’International Society for Cellular Therapy (ISCT) et de l’American Society of Gene & Cell Therapy (ASGCT).

Isabelle Rivière est titulaire d’un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire de l’Université de Paris. Elle a entamé ses études supérieures au Centre de recherche  Interferon de l’Institut Curie, à Paris, puis a bouclé sa thèse au laboratoire de Richard Mulligan, Ph. D., au Whitehead Institute for Biomedical Research de Cambrige, dans le Massachusetts. À cette période, elle a développé les vecteurs gamma-rétroviraux basés sur MFG/SFG pour l’expression in vivo à long terme de transgènes dans les cellules hématopoïétiques, ce qui est actuellement utilisé dans plusieurs études cliniques pour le traitement de maladies du sang héréditaires et du cancer. Mme Rivière a par la suite été chercheuse boursière postdoctorale au laboratoire de Dan Littman, M. D., Ph. D., à l’Université de New York, à New York même. Ses travaux portaient essentiellement sur la régulation des cytokines sécrétées par les lymphocytes T auxiliaires in vivo chez un modèle de souris qu’elle a développé pour surveiller les lymphocytes T sécrétant IL-4 au moyen d’une recombinaison homologue dans des cellules souches embryonnaires. Mme Rivière saura orienter le C3i dans le domaine en plein essor de la fabrication cellulaire et de la manipulation génétique de cellules.  Son expérience au sein de l’industrie (Juno) et dans le milieu universitaire (MSKCC), de même que sa profonde connaissance du paysage international en immunothérapie du cancer sont de grands atouts pour le C3i.


Janet Dancey, MD FRCPC. (Ottawa)
Associée du Collège royal des médecins du Canada (FRCPC) [Ottawa]
Directrice, Groupe des essais cliniques, INCC

Dre Dancey est directrice du Groupe des essais cliniques (GEC) de l’Institut national du cancer du Canada (INCC), directrice scientifique du Réseau canadien d’essais cliniques sur le cancer et professeure au département d’oncologie de l’Université Queen’s. Auparavant, elle a dirigé le programme d’essais cliniques à fort potentiel de l’Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC) et fut directrice de la recherche translationnelle clinique au sein du GEC-INCC. Elle a terminé sa médecine à l’Université d’Ottawa en 1988, puis a reçu ses certificats de médecine interne et d’oncologie médicale du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en 1992 et en 1993. Dre Dancey a fait ses recherches postdoctorales au sein du GEC de l’INCC et à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif, en France. En 1999, elle est devenue chercheuse principale à la division de la recherche sur les médicaments expérimentaux du programme d’évaluation des thérapies contre le cancer de l’Institut national du cancer, puis en a été nommée la chef associée avant de rentrer au Canada. Dre Dancey est actuellement à la tête du plus important groupe collaboratif en essais cliniques sur le cancer chez l’adulte au Canada, et elle s’emploie à développer le programme d’études cliniques soutenu par l’Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer. Son orientation clinique est le mélanome et les tumeurs malignes gastro-intestinales. Parmi ses champs d’intérêt de recherche, citons les études novatrices pour mesurer l’effet de médicaments expérimentaux sur des tumeurs rares et pour évaluer les technologies de séquençage de prochaine génération dans le contexte des soins des patients atteints d’un cancer et des méthodologies d’étude. Son expertise reconnue dans les études cliniques sur le cancer jumelée à sa bonne réputation à l’échelle du pays guidera le C3i dans ses orientations de recherche clinique.

 

Lambert Busque, MD FRCPC,
Associé du Collège royal des médecins du Canada (FRCPC)
Chef du département d’hématologie

Le Dr Busque est hématologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), chef du diagnostic moléculaire et chef du programme de diagnostic de biologie médicale de l’HMR, des unités qui, conjuguées, chapeautent 300 employés et gèrent un budget annuel de 30 millions de dollars. Il siège à de nombreux comités de réglementation du gouvernement du Québec, notamment à celui de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS). Cofondateur du Registre de la LMC du Québec, le Dr Busque est également le fondateur et l’actuel président de l’organisation à but non lucratif appelée Groupe québécois de recherche en leucémie myéloïde chronique et en néoplasies myéloprolifératives (GQR-LMC/NMP), contexte dans lequel il a bâti un réseau de vingt centres d’oncologie dans la province de Québec. Faisant autorité dans son domaine, le Dr Busque apporte des conseils et une expertise essentiels à de nombreuses sociétés pharmaceutiques.

Le Dr Busque compte plus de vingt ans d’expérience dans les milieux de la biotechnologie et de la recherche clinique. Il aura fondé PRO-DNA Diagnostics, une entreprise de diagnostics moléculaires plus tard achetée par Warnex (maintenant Dynacare), en plus d’en assurer la direction médicale. Il a également fondé HemaX Genome, une société dont il fut aussi le président et qui est dédiée à l’identification des gènes d’intérêt médical localisés sur le chromosome X. HemaX Genome a par la suite été achetée par Emerillon Therapeutics inc. C’est dans ces contextes que le Dr Busque a acquis son expérience en mobilisation de fonds de capital de risque et tissé des liens de collaboration à l’international.

Lambert Busque a obtenu son diplôme de médecine à l’Université de Montréal en 1986, puis il a fait sa résidence en médecine interne et en hématologie avant de réaliser ses travaux en hématologie moléculaire à Harvard, à titre de boursier postdoctoral. Il œuvre depuis comme clinicien-chercheur accompli, animé d’un intérêt particulier pour l’hématologie translationnelle. Le Dr Busque a également publié dans des revues spécialisées prestigieuses comme le New England Journal of Medicine, Nature Genetics, Blood et le Journal of Clinical Investigation. Il est par ailleurs professeur en médecine à l’Université de Montréal.

En sa qualité de médecin en chef du C3i, Lambert Busque apportera une expertise plurielle et unique conjuguant la science, les affaires, la gestion, l’expérience clinique, le remboursement, la création de réseaux et la mobilisation de fonds publics et privés. Il s’agit-là d’éléments essentiels à la mise en place fructueuse de solutions cliniquement utiles en immunothérapie du cancer dans le cadre du programme du C3i.

 

Martin Leblanc, MA (Oxford),
Président-directeur général de Caprion inc.

Cofondateur de Caprion inc., Martin Leblanc a dirigé le développement de technologies exclusives de protéomique et de surveillance du système immunitaire de Caprion, en plus d’avoir chapeauté son service, profitable et en plein essor, dans le domaine de la découverte de médicaments et de la médecine personnalisée. À la barre de Caprion inc. depuis 2007, Martin Leblanc a permis à la société de plus que tripler son effectif et d’augmenter considérablement ses revenus et profits, en développant d’excellentes relations avec les clients et des alliances stratégiques avec une cinquantaine de sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques de pointe, des organisations gouvernementales et des institutions d’enseignement de premier plan.  M. Leblanc a également participé à deux acquisitions, de même qu’à la vente de Caprion à Chicago Growth Partners, une société d’investissement privé de premier rang dans les soins de santé.

Martin Leblanc siège actuellement au conseil d’administration de Caprion, de Cytovance Biologics, de Softbox Systems, de Mispro Biotech Services, de Montréal InVivo, de l’Institut atlantique de recherche sur le cancer (IARC), du Partenariat pour la médecine personnalisée en cancer (PMPC) [à titre de président] et du Regroupement en soins de santé personnalisés au Québec (RSSPQ). Il est aussi membre du conseil d’administration des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et du comité d’investissement d’AmorChem.

Martin Leblanc est titulaire d’un baccalauréat en économie de l’Université de Moncton et d’une maîtrise en économie et en politiques de l’Université d’Oxford, à titre de boursier de la fondation Rhodes. Il a débuté professionnellement comme expert-conseil en gestion pour McKinsey & Company. Il a ensuite entrepris son parcours d’entrepreneur dans les biotechnologies chez Advanced Bioconcept, où il fut vice-président ventes et marketing, puis directeur général de la société après qu’elle fut acquise par NEN Life Sciences (maintenant une division de PerkinElmer). Comme le C3i doit assurer sa propre viabilité, entre autres mandats, l’expérience et le leadership en affaires de Martin Leblanc, notamment dans la mise sur pied d’entreprises, sont de précieux atouts.

Thomas Tradler, Ph.D.
(Institut Max-Planck)
Chef du développement des affaires et de la gestion des brevets à Fraunhofer IZI, et président-directeur général de Tutelacell GmbH,

Thomas Tradler est chef du développement des affaires et de la gestion des brevets chez Fraunhofer IZI, en Allemagne, et président-directeur général de Tutelacell GmbH. Il est également directeur associé du Fraunhofer Project Centre for the Biomedical Engineering and Advanced Manufacturing (BEAM) de l’Université McMaster. Thomas Tradler a une formation scientifique en biochimie. C’est en 2001, après une carrière universitaire à la Max-Planck Société et à l’Université de Mainz, qu’il s’est tourné vers l’industrie pharmaceutique. Dans son rôle de chef de projets à Jerini AG, il a géré plusieurs projets de développement de médicaments précliniques et cliniques. Il a notamment participé au développement et à l’approbation de Firazyr, un médicament dont les ventes annuelles se sont chiffrées à 235 millions de dollars américains en 2013. En 2009, M. Tradler a quitté Jerini après son acquisition par Shire pour 340 millions d’euros. Il a ensuite occupé différents postes à responsabilité croissante en gestion des actifs de propriété intellectuelle au sein de sociétés biopharmaceutiques. Puis, en 2011, il a rejoint Fraunhofer-Gesellschaft, le plus grand institut de recherche en sciences appliquées d’Europe. En plus d’édifier une entreprise mondiale de développement et de recherche contractuelle conjoints en biomédecine, M. Tradler a contribué à la mise sur pied de plusieurs filiales de sociétés internationales à Leipzig. Depuis 2011, son action a permis de forger plusieurs alliances avec des partenaires canadiens ayant mené à la création du Fraunhofer Project Centre for Biomedical Engineering and Advanced Manufacturing (BEAM) à l’Université McMaster, en 2014. La même année, il a créé une société dérivée, soit un cabinet-conseil offrant une gamme complète de services  aux entreprises désireuses de démarrer une entreprise en Allemagne.Tradler est titulaire d’une maîtrise en biologie de l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg et d’un doctorat du Max-Planck Institute of Biochemistry, unité de recherche de Halle en Allemagne. Il a ensuite fait ses études supérieures de MBA à l’Université de Potsdam, en Allemagne, où il a réalisé une thèse d’analyse comparative de l’industrie de la thérapie cellulaire en Europe et aux États-Unis.

Thomas Tradler aidera à faire le pont entre les intervenants et les intérêts du privé et du milieu universitaire au sein du C3i.


Timothy Smith Ph.D. (Queen’s),
Président-directeur général et cofondateur d’Octane inc.

Tim Smith est président-directeur général et cofondateur d’Octane, une société de technologies médicales qui s’intéresse aux bioréacteurs, aux bioprocédés et aux biomatériaux pour la médecine régénératrice. Fort de ses vingt-cinq années d’expérience en commercialisation d’appareils médicaux, Tim Smith jouit d’une expertise à la fois riche et plurielle en R et D, en vente et marketing, en développement des affaires et en gestion de la propriété intellectuelle. Tim Smith travaille étroitement avec des entreprises œuvrant en médecine régénératrice du réseau de partenaires d’Octane, amenant une perspective de gestion de haut niveau sur la stratégie et le financement des entreprises privées et publiques.

Au milieu des années 1990, il a fondé avec d’autres, le Millenium Biologix Group, dont il deviendra ensuite vice-président et directeur, puis chef des sciences et des technologies en 2005. Son équipe et lui ont mené des recherches en orthopédie en collaboration avec la NASA et l’Agence spatiale canadienne visant à étudier la perte de densité osseuse en état d’apesanteur. Cette entreprise l’a finalement mené au développement de bioréacteurs et à cofonder Octane.

Tim Smith a obtenu son doctorat en génie mécanique (biomédical) de l’Université Queen’s au Canada en 1988, après avoir obtenu une maîtrise en sciences de la même institution en 1985. Prévoyant faire carrière dans le domaine des nouvelles technologies médicales, M. Smith a alors élargi ses horizons en étudiant la gestion des affaires à l’école de commerce, le développement des biomatières auprès du Clinical Mechanics Group et la conception d’études cliniques au département d’épidémiologie. Il fait partie de l’équipe sectorielle canadienne pour les matériaux de pointe, en plus d’être membre de l’American Society for Bone and Mineral Research et membre de l’American Society of Materials.

Le C3i profitera grandement de la longue feuille de route de Tim Smith dans le génie biomédical de produits cellulaires et d’appareils médicaux acquise au privé.

 

William Brock,
Ad. E., Davies, Ward, Phillips &Vineberg LLP.

William Brock est associé du groupe du litige chez Davies Ward Phillips & Vineberg LLP. Parmi ses spécialités, citons les litiges complexes de droit des affaires, de droit des entreprises et de droit des valeurs mobilières, les affaires de fraude et de détournement de fonds (notamment les injonctions de type Mareva), les cas de conflits de droits entre actionnaires, de concurrence déloyale, de diffamation, de communications et de médias, l’arbitrage (comme avocat et arbitre) et les litiges internationaux. Il intervient autant en première instance qu’en appel, notamment devant la Cour suprême du Canada, en plus de conseiller des sociétés canadiennes de premier plan. Il est membre du Conseil de discipline du Barreau du Québec. En mai 2009, il a reçu la distinction d’avocat émérite de l’Association du Barreau du Québec, un prestigieux titre réservé aux personnes qui se distinguent autant par leur excellence professionnelle que par leur apport exceptionnel et soutenu à la profession. Très impliqué dans la collectivité, William Brock est aussi un important collecteur de fonds pour la recherche sur les cancers du sang. On lui doit notamment le Fonds William Brock en enseignement et recherche sur les cancers du sang de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Qui plus est, il est derrière la mobilisation de deux millions de dollars pour la chaire Maryse Bertrand et William Brock de recherche appliquée en greffe de cellules souches de l’Université de Montréal et de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Il est également un membre fondateur du Fonds Générations, qui offre une aide alimentaire et du soutien aux Montréalais dans le besoin.

Il a reçu la médaille d’honneur de la faculté de médecine de l’Université de Montréal en 2010, puis le prix Community Fellowship Honorary Recipient du Israel Cancer Research Fund en 2013. De même, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II pour saluer sa remarquable contribution envers la collectivité.

M. Brock apporte une expertise inégalée en droit commercial et en droit des entreprises essentielle pour l’établissement du C3i. Il sera aussi la voix des patients atteints d’un cancer dans le cadre des activités du C3i.


Yvan Gendron MA (ENAP),
Président-directeur général, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal-HMR

Yvan Gendron fut nommé premier président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal le 1er avril 2015. Fort de ses 33 années d’expérience en gestion dans le secteur de la santé et des services sociaux, M. Gendron a une feuille de route diversifiée en planification, en encadrement, en médiation et en accompagnement stratégique. Il aura occupé les fonctions de directeur général associé et de directeur général adjoint du CHUM, de président-directeur général de l’agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie et de président-directeur général de l’hôpital Charles-LeMoyne et du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Haut-Richelieu-Rouville.

Au fil de sa carrière, Yvan Gendron a acquis une fine compréhension des rouages internes du système de santé québécois ainsi que de ses défis et enjeux, ce qui lui a valu l’excellente crédibilité dont il jouit aujourd’hui. Reconnu comme un leader positif et un visionnaire, M. Gendron a joué un rôle clé dans le pilotage et la résolution de plusieurs dossiers importants, notamment le développement et l’amélioration des soins de santé primaires au Québec, la coordination de la mise en œuvre des groupes de médecins de famille (GMF) et le développement d’une programmation fonctionnelle et technique au Centre de cancérologie de l’hôpital Charles-LeMoyne.  Dans son rôle de président-directeur général du CSSS de Haut-Richelieu-Rouville, il aura réussi le mandat de fusion d’institutions poursuivant trois missions distinctes.

Désireux de porter le développement du système de soins de santé québécois, Yvan Gendron s’implique dans de nombreux comités et organisations. Comme gestionnaire, il valorise le travail d’équipe et l’importance d’un environnement de travail érigé sur des relations de confiance. Il a montré qu’il peut rallier des intervenants autour d’un projet commun et du grand objectif d’engendrer des retombées positives pour la santé de la population. Animé par le désir constant d’améliorer la qualité et l’accessibilité des services, Yvan Gendron est toujours prêt à relever de nouveaux défis. M. Gendron est titulaire d’une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique (ENAP). M. Gendron apportera son évaluation en temps réel des services de santé et sa solide expertise en gestion au C3i.

Kathryn Hayashi

Kathryn Hayashi est la directrice financière et la fondatrice du Centre for Drug Research and Development (CDRD) et de CDRD Ventures inc. Son expérience est riche, elle qui a œuvré autant pour des organisations sans but lucratif que des entreprises publiques et privées, des entreprises en démarrage et des accélérateurs de commercialisation/incubateurs. Avec ses partenaires de fondation du CDRD, en 2007, elle aura mobilisé plus de 230 millions de dollars en fonds publics et privés et par ailleurs réalisé plusieurs transactions commerciales, notamment la création de six sociétés dérivées (dont une importante par fusion et acquisition), dans le but de faire du CDRD une figure de proue de la recherche translationnelle préclinique et de la commercialisation.

Avant d’œuvrer au CDRD, Kathryn Hayashi fut vice-présidente des finances chez Chromos Molecular Systems inc. (TSX:CHR), où son action fut déterminante pour différents projets de financement par capitaux propres, de même que dans le cadre de fusions et d’acquisitions d’entreprises privées ayant des thérapies potentielles précoces.

Mme Hayashi assume un rôle de présidente du comité de vérification du Centre de commercialisation en immunothérapie du cancer de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Elle siège en outre au conseil d’administration de sociétés dérivées du CDRD, notamment chez Sitka Biopharma et Zucara Therapeutics. Mme Hayashi a plus de 25 années d’expérience dans toutes les sphères des finances, de la gouvernance et de la planification stratégique et des activités au sein de l’industrie. Elle est aussi membre de l’Institut des comptables agréés de la Colombie-Britannique.